Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Seriatim 3 - in progress
Seriatim 3 - Point ! Point ! Point ! (Patrick Cintas)

[E-mail]
 Article publié le 3 janvier 2021.

oOo

RÍO

Point ! Point ! Point !

Et pourquoi papapa ?

Il a déraciné son sauvageon

Et le porte contre sa poitrine,

Effritant la motte de terre noire

Qui souille ses baskets blanc neige.

BLANCO

En chemise

Celui-là a perdu la tête.

Son discours se fragmente.

Il se laisse faire par son esprit.

J’ai connu ça quand j’étais jeune :

Les bulles remontent à la surface.

Et la surface devient crémeuse

Et jaune comme la pire des journées

Passée à se remettre en tête

Les évènements qui ont plié la nuit.

Je le plains de vivre pareil théâtre !

Mais ce n’est pas un comédien.

Jamais il ne maîtrisera son souffle.

Il se comportera comme un amateur

Devant ses juges / Voyez comme

Sa tête penche du côté où elle va

Tomber : il a naguère pratiqué

La poésie : mais sans lui accorder

La divination : il n’a pas vu venir

La cacophonie qui annonce

La plus terrible des solitudes :

Celle qui suit le Grand Amour…

RÍO

Il a parlé de la Grande Déveine…

BLANCO

Il ne parle plus : il joue

/ mais pas à la manière

De l’acteur qui suit le texte

Pour le donner à comprendre

/ il joue comme un enfant

Que le sable de son terrain

De jeu amortit : mollesse

Des tours de magie imaginés

En un moment de pure folie.

RÍO

Effeuillant

Existerait-il sans toi ni moi ?

BLANCO

Ne nous posons pas la question

Tant que nous ne sommes pas

Sûrs d’agir sur la même scène !

RÍO

Ça porte malheur… heu… dit-on…

BLANCO

Donnons-lui un nom !

RÍO

Paco !

BLANCO

Je ne connais pas de Paco…

RÍO

Alors dis qui tu connais !

Je te dirai qui il est…

BLANCO

Il est entré sans nom.

Pas même invité, alors

Que la fête bat son plein…

RÍO

La fête ? Quelle fête ?

BLANCO

C’est une façon de parler…

RÍO

Énervé

C’est ça ! Parle ! Parle !

Parle même à sa place !

Je t’écoute comme si je n’étais plus moi !

BLANCO

Tu exagères…

Un temps.

Tu exagères toujours.

Comme si je t’avais fait.

RÍO

Mais nous ne sommes pas frères !

BLANCO

Doigt sur les lèvres

Chut ! Il va parler…

Un temps.

Río paralysé.

Non… Il ne parle pas.

RÍO

Il se déplace…

BLANCO

C’est nous qui le déplaçons.

Il n’était pas à sa place.

Nous agissons en maîtres des lieux.

RÍO

Jetant des regards autour

Ce que nous ne sommes pas.

J’ai l’impression d’être tombé du ciel.

Lève les yeux.

BLANCO

Inquiet

Je ne me sens pas chez moi…

J’ai froid… comme si… comme si…

(éructant)

Comme si je n’avais rien à faire ici !

RÍO

Ne sommes-nous pas chez nous

Dès lors qu’il s’agit de jouer ?

C’est ce que j’ai appris à l’école.

Je n’étais pas très bon élève,

Soit, sauf en pantalonnade

Si le texte me ressemblait,

Ce qui arriva rarement car

Je n’étais pas encore amoureux.

BLANCO

Riant

Toi ? Amoureux ? Mais de qui donc ?

De quelle donzelle claudélienne ?

Répliquant aux données espagnoles

Revues et corrigées par les nécessités

Des planches et du rideau et de que

Sais-je encore qui appartient à ce passé

Qu’en effet je partage avec toi, ami.

RÍO

Tu as tort de te moquer des sentiments

Que nous éprouvâmes l’un pour l’autre

En ces temps d’études et d’attente !

BLANCO

Tu veux parler de Nera, I presume.

Nous ne nous battîmes pas sur le pré,

Que je sache !

(colérique)

Nous n’étions pas encore

Nous-mêmes. Mais j’étais moi, que je sache.

RÍO

Inquiet

Nous l’avons perdu de vue…

BLANCO

En effet. Mais qui pouvons-nous ?

Ce n’est pas un personnage.

On ne peut pas l’interpréter.

On ne joue pas avec lui.

Il ne suffit pas de lui opposer

Une fille de bonne famille

(ou autre chose) pour lui donner

De quoi appartenir à l’intrigue.

RÍO

Mais il n’y a pas d’intrigue !

C’est tout juste si ce port

Existe ! Si cette Amérique

Était au bout du fil ! Mais elle

Ne décroche pas ! J’ai tant

Aimé l’imaginer ! Européen

Que je suis ! Ni français ni

Espagnol ! Encore moins

Andalou ! Nous ferions bien

De changer de métier…

BLANCO

Parle pour toi ! J’ai mon César !

Le rideau pas une fois ne m’est

Tombé dessus !

RÍO

Quelle vie !

Non mais quelle vie ! Quelle attente

En attendant ! Et Nera qui se fait prier !

BLANCO

Comme d’hab ! Ni l’un ni l’autre.

Dès la première scène :

(jouant)

Wie einst Lili Marleen…

Braoum ! Et ça recommence !

On ne s’aime vraiment pas !

Mais que valent ces personnages

Nés de la Guerre ?

RÍO

Étonné

Elle n’est pas née de la guerre…

(imitant)

Pas que je sache…

Mais je n’étais pas né moi-même !

(riant aux éclats)

Comme c’est beau le théâtre !

Avec ou sans ombre, que c’est beau

La parole de Dieu lui-même !

BLANCO

Avec humour

Qu’est-ce qu’il vient faire là celui-là ?

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -