Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Journées (Patrick Cintas) - 1ère partie
L’herbe sous les pieds

[E-mail]
 Article publié le 8 octobre 2012.

oOo

La conviction n’est pas un mode de pensée. C’est un moyen d’obtenir raison, une facilité donnée au serviteur pour le mettre à l’abri des critiques et des attentats. Il rentre chez lui en homme libre tandis que le penseur s’enferme ou est enfermé. Nous connaissons beaucoup de domestiques. Nous fréquentons rarement les penseurs. On les lit quelquefois ou on croit les lire. Comme Diogène cherchant un homme à la lumière de sa lampe en plein jour et au milieu d’une foule reconnaissable, Mescal pointait son regard sur les affiches et il y reconnaissait des points communs avec ce qu’il appelait sa pensée errante. Il se promenait souvent le soir à bord de son auto, plein phares sur les panneaux qui le ralentissaient. Il était un de ces personnages et il se cherchait presque méthodiquement. Il embarquait quelques gosses pour simuler une conviction facilement partagée par ces peuplements migratoires et les déposait au bord des stades en les encourageant à devenir des hommes meilleurs que l’homme qui leur servait de modèle. Une fois seul, il décortiquait la banlieue. Ce roman n’avait ni queue ni tête, mais il en était le personnage principal. Son arme ne contenait qu’une cartouche. Il n’avait jamais tiré sur quelqu’un. L’occasion ne s’était pas présentée. Il avait hésité une ou deux fois, puis s’était ravisé. Un mort, quand il se met à exister, occupe toute la place. Il faut prévoir cette surface de texte. Il suivit plusieurs larbins qu’il connaissait de vue et dont on lui avait parlé. Il ne commit pas l’erreur de s’en prendre à eux. Ils n’étaient que des prétextes à améliorer sa technique de la reconnaissance. Il alla le plus loin possible avec eux. Il vit à quel point ces types sont pourris et prêts à se justifier si les choses tournent mal pour eux. Mais il ne tomba pas dans ces pièges. Jamais il n’exprima sa haine. Il voulait d’abord dépasser l’évidence et reconnaître le terrain d’une pensée qui lui inspirerait la vengeance. Il n’avait aucune idée de ce qu’un homme peut ressentir dans une telle situation. Il imaginait quelque chose d’aussi fort que la révélation. Ni plus ni moins transcendant que les idées qui finiraient par prendre la place de toutes ces sensations héritées de la pratique commune de la justice. Sur les affiches, il découvrit les indices témoignant de l’existence de cette ombre de soi-même sur la pratique sociale. Il était proche du but quand il percuta de plein fouet un ami qui le saluait. Au poste de police, il se demanda s’il avait atteint son but, mais se garda bien de confier cette intime conviction au flic qui se préparait à en éprouver une toute autre pour le bien de tout le monde, selon ce qui émanait de son comportement et que Mescal percevait comme une atteinte intolérable à sa dignité de penseur en herbe.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -