Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Goruriennes (Patrick Cintas)
Du connu, du probable et du circonstanciel !

[E-mail]
 Article publié le 8 décembre 2013.

oOo

J’étais heureux et angoissé, pas fier du tout et curieux de voir où ça allait me mener, moi qui n’avais jamais été nulle part en particulier et partout si mon existence (je veux parler de celle de John Cicada) était le composé de tous les détails qui donnaient un sens à mon sacrifice. Ce que j’avais perdu en créativité, la vie me l’avait rendu en exploits, de l’acte infime dont personne n’avait jamais parlé au coup du sort parfaitement en phase avec la crédulité populaire. Ah ! J’étais plus vraiment un mec sans ma queue et mon cucul, mais ma police d’assurance prévoyait des produits de remplacement conçus et fabriqués en Chine. J’avais vu à la télé la queue en peau d’canard et le trou d’balle garanti pur métal hydrogéné dans le cri. J’arriverais pas à grand-chose avec les femmes, avec les mecs non plus d’ailleurs, mais j’aurais plus l’air d’un pauvre ni d’un con au moment d’espérer.

*

Il me lança un clin d’œil en soulevant un coin de son masque. Dessous, pour ce que j’en voyais, il me ressemblait encore moins. Il était noir, avec de grosses lèvres et une langue toute rose. J’comprenais pas la manœuvre.

— J’ai détruit l’original, dit-il. L’original en plastique, je l’ai cramé avec un briquet à essence. J’suis encore en chair et en os. Palpe, p’tit père !

Le bras, fortement musclé et peut-être même doué d’intelligence, était de chair, j’pouvais pas en douter.

— Tu veux qu’je viendre avec toi, mamour ? dit-il en m’enfonçant un coude dans les côtes.

*

J’avais peut-être déjà vécu cela. Paraît qu’on se souvient de rien, comme dans la métempsychose. Mais je cherchais pas à en finir avec ce que je venais d’entreprendre. Je voulais au contraire trouver la suite et j’imaginais que c’était une porte et qu’il suffirait de l’ouvrir.

*

La clé ! J’y pensais plus. Avec quoi je l’ouvrirais, ma gueule, quand il s’agirait de mettre à feu les fusées de ma nouvelle existence ? Inutile de fouiller nerveusement des poches qui ne contenaient rien d’autre. Voilà comment commence le désespoir.

*

On avançait dans l’inconnu, ayant sans doute dépassé le point de non-retour. J’ai jamais fait mieux en cas de trouille extrême. Je la fermais aussi, des fois que j’en sache trop, ce qui en général déplaît fortement aux sous-systèmes qui agissent à cette profondeur du récit. Ah ! Si j’avais pas fourré cette clé dans le cul d’un parano qui savait même pas s’en servir tellement il était tributaire de ses plagiats !

*

J’savais pas de quoi j’allais mourir. Ils en parlent pas avant. Mais après, quand le condamné constate que sa doublure a succombé à l’arrachement des circuits vitaux. Puis il sombre dans l’oubli et reprend les affaires comme s’il ne s’était rien passé. Il est dans la peau d’un autre. Le système doit être épatamment complexe et précis pour arriver à concilier la mort et l’oubli. On se l’explique tellement peu que Gor Ur fait figure de concepteur liquide alors que le Métal établit des fusions prémonitoires. Personnellement, j’ai pas cherché à comprendre au-delà du Brevet. Ensuite, j’ai avalé sans discuter dans l’espoir de trouver un bon boulot et la compagne qui va avec, acceptant d’avance les marmots qui vous ressemblent comme si vous les aviez faits vous-même. Il a suffi d’un défaut de logique et je m’suis retrouvé dans la situation que vous me connaissez, pas confortable et terriblement incertaine. Des fois, j’en ai marre de bouffer de la merde pour donner raison à ce qui m’arrive, histoire de pas trop en parler avec les autres. Mais je tiens sur un pied comme si j’avais toujours pratiqué le fil tendu entre la merde et les conséquences de la merde. Poussant ma valise, je pensais qu’à mes potes que j’aurais très vite l’occasion de fréquenter sans ameuter la Presse.

*

Sur le coup, j’ai cru que c’était la valise qui parlait, mais c’était donner à l’incohérence ce que je pouvais prendre à la réalité.

*

On entrait dans le noir, tiré par des forces qui exploraient en même temps nos secteurs de réserve. Je vis à quel point nous étions tributaires du façonnage numérique. La douleur promettait tellement qu’on fignolait le cri en prévision de la cérémonie marquant le début de notre collaboration avec les instances les plus obscures du système narratif dont on allait devenir les personnages principaux. Autrement dit, yavait plus grand-chose à faire pour connaître la suite et les péripéties que la chance aussi bien que le calcul réservaient à nos cerveaux traversés d’érections et d’assouvissements.

*

C’était un petit Chinois en forme de cracker avec un trou au milieu, autrement dit une Chinoise.

*

Bientôt, je récoltai les fruits de mon aventure spatiale : de la merde et du sperme intimement mêlés à mes sueurs froides.

*

J’avais pas l’choix, mais je rêvais encore et l’horizon m’invitait à dire non, au risque de disparaître aussitôt dans l’Enfer que le système promettait aux rebelles à toute idée de renoncement. Je relevai une tête atroce à voir tant je m’étais vautré dans les mélanges utérus-méninges et merde-sperme. Utéringes et Mereerme ! gueulaient les installations acoustiques destinées à l’éducation des masses. Je devenais désinformant comme j’avais jamais été, même du temps où je tapais le carton en espérant gagner des gnognotes au tiercé.

*

D’où je venais, les mecs, l’existence glissait sur les peaux de banane de l’économie globalisée, et on avait l’impression de travailler pour les siens, particulièrement pour soi. J’avais même interprété le rôle du niño dans une superproduction occitane, du berceau à la Croix sans passer par l’entrejambe et les nécessités hygiéniques. J’avais connu la précipitation amoureuse dans les chiottes et l’éjaculation discrète des réunions familiales. À la fin, je perdais la bourriche à cause des vieux qui avaient tout misé alors que je m’étais montré prudent à la tâche. Sur le Podium Municipal, je changeais les ampoules grillées, les doigts chargés de la graisse des brochettes et des papillons de l’angoisse hétérogène. Et dans les coulisses, je chiais les noyaux d’olives dans les bocaux du souvenir social.

*

J’écoutais un type qui m’assurait que j’avais fait le bon choix. Pourtant, la vision du Masque métopage, alimenté de queue et d’anus, et la non moins désespérante inclusion de mes potes dans le système urinant, tout ça me donnait la nausée et j’étais sur le point de m’ouvrir les veines sans compter sur la pression de l’eau, à fleur de la douleur qui figure le cri. J’exhaussai la tripaille d’utérus et de méninges, excitant la liesse populaire à tel point que j’éprouvai un réel plaisir à n’être plus moi-même. Tout avait commencé par la faim, puis j’avais accepté de remplacer n’importe qui pourvu qu’on me donnât à manger, et maintenant j’entrais dans le système, court-circuité d’avance et voué à l’extase en dents de scie qui finirait par me rendre complètement obscur et incapable de comprendre le frémissement quand j’aurais l’occasion d’en savoir plus sur la nature féminine.

*

Pourtant, ma langue ne rencontra que du connu, du probable et du circonstanciel. Je l’agitais dans le trou et la Chinoise gémissait comme si je lui faisais mal. J’avais la conscience tranquille et le trouillomètre au beau fixe. Je sentais ses jambes autour de mon cou. Elle n’arrêtait pas de parler de son enfance au pays des elfes. Et je lui envoyais des images du drame initial sans expliquer d’où je les tenais et comment on me permettait d’en faire usage dans les circonstances d’une expérience philosophique.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -