Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Goruriennes (Patrick Cintas)
N’oubliez pas le doigt dans le cul !

[E-mail]
 Article publié le 18 décembre 2013.

oOo

Vous sacrifieriez les instruments de la joie pour conserver les tangentes du bonheur ?

*

J’ai toujours aimé le rire en coin de Larra. Tout le monde connaît Larra qui vous accompagne dans les mauvais moments de l’existence, au moment de payer ses dettes ou de donner du fil à retordre au système de formation professionnelle. Elle appartient au mythe d’une communauté de la chair exposée intensément au soleil et recuite dans les convulsions de la nuit. C’était pas la première fois qu’elle me secondait, paisible et intransigeante. Je m’laissais introduire dans le trou où j’avais à boulotter le côté négatif de l’espoir.

*

Je finirais par donner ma langue au chat, comme d’habitude, mais l’instant était propice au détail et je me concentrais sur l’apparition de la nouveauté. Je tiendrais pas longtemps parce que j’avais pas mesuré l’importance de la pliure dramatique, au moment où j’ai cessé définitivement de harceler les autres pour me contenter de leurs persécutions conjonctives. Pas facile de gagner sans les instruments du sexe. J’avais pas un cerveau capable de reconstruire les objets de l’arrachement inquisitoire. Je voyais rien qui ressemblât de près ou de loin à ce qu’elle voyait ou prétendait voir sous la pression extrasensorielle du sous-sous-système vaguement itératif que j’étais censé jouer contre la récompense d’une seule seconde de bonheur. J’entretenais un rapport ambigu avec l’enfant. Elle scinda l’enfant pour mieux me montrer ce qu’il n’expliquait pas. Et je ne ressentis aucune douleur, comme si je n’étais pas fait pour la douleur cassante, comme si quelqu’un en avait oublié le froid polaire à ma place et au nom de quelqu’un d’autre encore !

*

Revenez, John ! Vous allez toujours trop loin ! Vous ne pouvez pas contraindre la vie à cette succession insensée d’existences qui ne vous concernent plus depuis que l’enfant que vous avez été a brisé le jouet maternel.

*

J’arrêtais pas d’passer à la télé. Et plus je passais, plus les revendeurs se plaignaient de manquer de stock. J’ai même été agressé par des fans à l’entrée d’une boutique parce que le racketteur qui la tenait m’avait désigné comme seul responsable de la pénurie. Le mec encaissait et dénigrait en même temps, assis au sommet de la montagne de fric qui s’amassait sur mon dos pendant que les cons achetaient en jalousant ma bonne fortune. Ah ! J’avais d’la chance et j’arrivais pas à en profiter !

*

Et tout l’monde se marrait en achetant l’urine qui portait mon nom. J’avais beaucoup voyagé dans mon existence de pilote de ligne interplanétaire, mais jamais comme ça, avec un stock à vendre au prix fort pendant que les croyants y zétaient pas encore mécréants parce que leurs cerveaux achetaient avant d’y penser. On a même été voir une corrida en Espagne et on en a redemandé parce que le sang améliore la saveur de l’urine. J’avais une bicyclette et un fanion pour ameuter les foules et quelquefois on me confondait avec un joueur de fous-le-bol qui portait le chignon et la Légion Donneuse. C’est ça, la chance…

*

Autant le dire tout de suite, j’en ai eu vite marre et le chiffre d’affaires a commencé à baisser à cause de mon comportement. J’arrivais plus à être gentils avec les cons. J’pouvais pas m’empêcher de leur montrer à quel point ils étaient cons et forcément, ça les encourageaient pas à acheter de la pisse pour le prix de la merde. J’avais tendance à engueuler le candidat à la dédicace et le système recommandait l’injection sublinguale, des fois qu’il y aurait un rapport de cause à effet entre ce que je disais et ce que la Presse en pensait. Ça baissait, ça baissait et on parlait de décadence des adeptes des nouvelles technologies, comme si j’avais quelque chose à voir avec la division par zéro ou n’importe laquelle de ces conneries qu’on retrouve en filigrane dans le Koran et ses commentaires tellement le mec Mohammed il avait de l’avance sur son temps. J’avais qu’une envie : mettre la clé sous la porte et rentrer chez moi, c’est-à-dire d’où je venais.

*

Et je retombais dans la mélancolie, même que des fois je m’croyais aussi utile que Hitler pour expliquer les véritables intentions de la civilisation occidentale.

*

J’avais pas idée de c’que c’était de s’aimer sans tenir compte de ce que le système exigeait de l’amour. J’avais pas idée non plus de ces exigences et, n’ayant pas les moyens de les vérifier, j’avais qu’à fermer ma gueule et jouer le jeu des intermédiaires et des spéculateurs. Je m’sentais écrasé par un tas d’erreurs contractuelles alors que j’aurais dû me révéler au Monde par une accumulation de responsabilités reconnaissables au degré de la douleur et de l’enfantement.

*

Urinez dans la joie, chantait le Printz et ils urinaient dans les boules de pétanque en poussant des hurlements de douleur tellement véridiques que les enfants se pointaient au portillon pour devenir adulte sans autre forme de procès.

*

C’est parce que vous n’êtes pas une œuvre de l’esprit, mais simplement ce que vos parents ont pu faire de mieux sans perdre leur droit à la retraite.

*

En arrière-plan, on voyait ce qu’ils appelaient un monstre, — qui n’était que le fruit défendu de mon imagination reconstructive à défaut d’une chirurgie digne de ce nom. Kitété, toi que je voyais dans le concert politique avec les instruments du luxe et de la volupté ? Kitété ?

*

Paraît qu’papa trouve plus d’matière première derrière le rideau anxiolytique que les autorités pacificatrices ont tendu entre la rue, qui représente symboliquement l’Enfer, et le foyer même qui ne représente plus rien. Le fauteuil sur lequel il pourrit est en réalité un être extrait de la mort pornocinématographique. Si j’entrais là-dedans avec un diplôme de chômeur (vise un peu les deux chapeaux pointus !), papa y s’rait de tellement mauvaise humeur que j’me mettrais moi aussi à consommer des trucs que même les SLS n’en veulent pas ni pour se donner l’illusion d’avoir évité le SDF. La situation est vraiment trop réelle pour avoir envie de la vivre une seconde fois.

*

— N’oubliez pas le doigt dans le cul, me rappela Larra.

J’étais toujours sur le point de l’oublier, ce doigt dans l’cul qui marquait le début de la métatransformation hypotéticoreligieuse. J’étais tellement politisé que ma mémoire était malade du trou. Je dégoulinais de sueurs miraculeuses comme si j’étais condamné à éprouver le contact des femmes comme une prière adressée à la papauté romaine. Larra provoquait le reste des étincelles et j’avais pas envie de savoir de quoi il s’agissait.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -