Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Goruriennes (Patrick Cintas)
Mon cri ne correspondait à rien de connu

[E-mail]
 Article publié le 12 janvier 2014.

oOo

Le flic aussi croyait au paradis. Il croyait à un tas de trucs pour demeurer un bon musulman aux yeux des chrétiens, ou l’inverse, je sais plus. Depuis des années, il suffisait d’être un bon pour pas avoir mal au cul. Les hémorroïdes sacrées allaient bon train sitôt qu’on sortait des sentiers battus de la politique. Je m’étais souvent soumis à des flagellations sanitaires pour pas dépasser la limite imposée par le bon sens des prophètes. Mais j’avais plus d’cucul pour me donner et pas d’queue pour tout reprendre sans rien payer. Ah ! J’en perdais, du temps, en réflexion entre les lignes ! Qu’est-ce qu’ils voulaient savoir de mon rapport au père ?

*

J’en avais marre de pas dire le contraire pour pas recevoir des coups là où ça fait encore mal malgré l’expérience. Et je lui avouais que j’avais agi dans la seule intention de retrouver un bien perdu.

*

Ah ! Si j’avais eu un monument aux morts sous la main, je lui en aurais fait voir des ritournelles patriotiques à ce gérant de l’ordre et des mœurs ! Il me menaçait avec les dents comme s’il avait envie de bouffer ce que j’avais à lui dire. Je m’contredisais, je l’savais. Et j’expliquais pas ce que j’foutais avec des extrémistes alors que j’en avais pas l’air ni la chanson.

*

Il maniait la burette d’antalgique sans passion. Il agissait à une seconde près. C’était une seconde de trop pour ma résistance, mais je suivais bien. J’ai un don pour suivre. On m’explique, je perds une seconde parce que ça fait mal, et je suis aussitôt, léchant la goutte qui m’enfile comme si j’étais pédé et que j’voulais pas le reconnaître devant les femmes qui ont, à un moment ou à un autre, espéré que j’étais le bon mec.

*

J’veux rien ! J’veux même pas vouloir ! J’ai pas d’ambition. Rien qu’de l’amour et rien pour le faire, même en avalant les stocks d’intervention. Qu’est-ce que j’dois donner pour reprendre les affaires ?

*

J’avalais l’huile usagée que ma langue produisait à la surface des rails qui avaient aussi leur mot à dire dans les courbes où je me tenais fermement à l’écart des conversations souterraines. Ça giclait sous moi, uniquement du son, et la pression acoustique devint vite intolérable.

*

J’étais en train de chier à travers une prothèse en plastique et le métal devenait nerfs et fibre optique, , sous moi, dans la cage en cristal de sélénium. C’était pas des vacances. On n’est pas, on ne peut être en vacances au niveau –1 de l’assistance sociale et de la récupération par le fond de la pensée shareware.

*

— La merde, disait-il, c’est du métal, John !

Je savais pas. Et j’oubliais tout entre les séances thérapeutiques inspirées de la pratique tournoyante des religions révélées. Chaque fois, il recommençait son explication, prétendant que la merde c’est pas la chair, mais le métal. Moi, on m’avait appris le contraire. Par contre, je comprenais très bien que le calice des Grandes Soifs Spirituelles contenait de l’urine et non pas du vin. En lisant le Koran entre les lignes, c’était d’ailleurs écrit. Et j’m’en privais pas. Ça sentait l’oxyde de fer et la marée. Et Rog Russel me montrait les cartes postales de ses voyages au bout de la réalité tangible, ramenant des carottes intermédiaires que le Réel poussait dans les rainures chauffées à blanc de la céramique et du papier cul où j’écrivais avec de la merde parce que j’étais pas parfait.

*

— Vous avez été jusqu’à l’île de Kinoro qui se trouve dans l’Océan Zizique, dit-il à l’auditoire. Vous pouvez pas le nier !

— C’est pas kjeni, dis-je sur le ton des excuses plates et de la monotonie accusatoire. Jeunipa, mais j’ai pas souv’nir d’avoir été aussi loin. Ils ont peut-être cherché à réduire ma tête. J’ai une sensation de chaud aussi, avec le sentiment de m’être laissé faire pour pas souffrir longtemps comme c’est prévu par le Code Criminel Kinorien.

— Vous connaissez le Code Kinorien !

— J’en sais ce que la télé en dit ! Pas plus ! Je l’jure sur la tête que j’ai pas ram’née dans mes bagages parce que j’avais pas les moyens de payer la taxe sur les objets qui témoignent de la pensée des autres.

— L’accusé avoue, monsieur le Préfet !

— J’avoue rien ! Je suis dans l’hypothèse de départ et j’suis pas encore arrivé !

— Vous venez d’affirmer le contraire !

*

— C’que vous allez faire, John…

— Je suis pas John…

— On vous appelle John par facilité…

— Comment je m’appelle quand je pense ?

— Cherchez pas la douleur, John ! C’est qu’une procédure. Vous avez eu un accident connectique inexplicable. Vous voulez qu’on l’explique sans en venir aux mains ?

— J’ai jamais été à Kinoro qui est un mythe inventé par l’enfant heureux. Le malheureux grillait des allumettes pour tenter de mettre le feu à l’haleine de papa.

— Vous le reconnaîtriez si vous le voyiez ?

— Vous voulez parler de papa ?

— Je parle aussi de maman. Vous étiez désiré ?

*

— La nuit est une femme, dit-elle.

Je voyais la femme, mais pas la nuit. On s’en fout de la nuit, et même du jour, quand on a pas d’fenêtre pour vérifier que les gens libres et égaux se dirigent tous dans sa direction, même que ça fait du monde et qu’on se sent à l’étroit rien que d’y penser.

*

C’était ça, la nuit ? Un bouton de rose sans le cucul qui va avec. Elle m’avait connu troubadour, disait-elle. Et j’avais été, toujours d’après elle, le meilleur troubadour qu’elle avait connu du temps de sa jeunesse folle. Elle s’était donnée pour savoir et elle y avait pris du plaisir. Paraît que j’étais pas difficile à convulser. Ça impressionnait la jeune fille qu’elle avait été avant de flétrir sa réputation avec des pratiques moins artistiques. J’avais toujours cette bouche douce-amère et ma voix n’avait pas changé.

*

Le concert eut lieu à Staten Island en plein hiver de la 1013e Intifada. J’faisais partie du Contigent des Empalés Prémonitoires. J’avais eu droit à deux billets à cause de ma double personnalité, mais John Cicada avait prétexté une Migraine Exomorphe, maladie à contagion limitée aux stocks des Aliments Basés sur le Profit. J’arrivais à bord d’un train de péniches remorquées par les ONG qui organisaient le Concert du Siècle d’Or qu’on était censé représenter au niveau publicitaire. J’étais seul, mais remonté psychiquement par un composé organique à l’essai. Bien sapé Dernier Cri Noir Arabe, je lançai la première pierre symbolique, pas trop grosse ni trop petite, sur les Lapidés de service, une flopée de tarés du terrorisme ambiant qui souhaitaient renouer avec la civilisation et ses bienfaits en eau courante. Un tonnerre d’applaudissements se déchaîna en même temps parce que le maire de New New York avait jeté la clé du mystère national dans les eaux troubles de l’Hudson. Mes collègues de travail, un plumitif qui avait emporté le Prix de l’Exactitude et un ramasseur de bribes, lui aussi primé par l’Académie des Remarques Pertinentes, s’accrochaient à nos bagages comme si on détenait à nous seuls la Vérité et ses passe-temps sommaires. Ma voix, qui s’essayait au Cri Universel avec peu de chance de convaincre, se perdit dans la clameur qui accompagna le maire jusqu’au trône symbolique dont les marches étaient composées d’enfants nus destinés à l’expérimentation méthodique de l’aveu judiciaire. Encore plus haut, une estrade inclinée dans le sens du glissement artistique déversait des slogans où tout le monde, et il en avait ! reconnaissait les paroles des chansons que le Printz offrait à l’Humanité en échange d’un traitement de faveur. On avait plus besoin de demander notre chemin comme à Old Paris. On se retrouva automatiquement installé sur les pals. J’observai avec tristesse que les queues se dressaient en contre-jour alors que ma réclamation n’avait toujours pas abouti à cause de complications administratives qui étaient étrangères à l’Organisation des Concerts du Siècle d’Or. Un député, qui enseignait l’art de se prendre à son propre piège dans un collège zoné d’avance, m’avait pourtant affirmé que j’étais dans mon droit et que l’erreur chirurgicale devait m’ouvrir droit à une indemnisation calculée sur le rapport plaisir/nombre de femmes à satisfaire dans l’environnement professionnel, dans mon cas : une. Ça donnait exactement plaisir, ce que personne pouvait me contester. Or, le Bureau des Vérifications était exempt de charges dues sur la sexualité. Donc, je pourrissais dans le désir le plus abject, sans garantie du Gouvernement et des Cons qui l’élisent comme on jette une paire de dés pour obtenir à tout prix un triple six. Mes deux larbins, usés jusqu’à la corde par l’abus d’anxiolytiques glandulaires, se prenaient pour les larrons de la Croix et me conseillaient des coups en Bourse pour me faire oublier que j’étais pas prêt d’être assouvi comme me le recommandait mon cerveau. Le Pré des Enculés était un succès incontestable et le maire en toucha un mot à ses électeurs qui consentirent à jeter un œil compassé sur nos existences verticales. Mon cri ne correspondait à rien de connu.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -