Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
La calbombe céladone de Patrick CINTAS
Quand la Justice est exhibitionniste
à propos de l’Affabuloscope considéré comme une œuvre d’art

[E-mail]
 Article publié le 26 février 2015.

oOo

Au palais de justice de Foix, en Ariège, les magistrates en poste officient nues.

Le spectacle n’est certes pas ragoûtant, mais la vérité exige une certaine tenue.

Quelques esprits esprit pinailleurs objecteront que la vérité judiciaire est rarement en phase avec ce qu’on a coutume d’appeler vérité nue. Mais ce sont là des propos trop bien mis pour figurer dans les conversations courantes, celles qui se partagent le plus communément entre personnes prudentes.

Voilà ce qui arrive quand la carrière de magistrat relève plus du fonctionnariat que de la culture et de l’intelligence.

Qui s’en plaindra ?

Pensez-vous vraiment qu’on ne puisse trouver ici ou là quelques exemples pour illustrer les effets de la Constitution sur la vérité ordinaire ?

À part le silence, ou l’adhésion sans condition, tout un chacun connaît une bonne histoire dans le genre.

Celle de l’affabuliste Claudius de Cap Blanc est exemplaire. Nous ne la conterons pas ici, car cela est déjà longuement fait en divers endroits de l’information libre, à commencer par le site internet de cet artiste original et courageux[1], lequel nous invite à ne pas céder un pouce de liberté de création aux manifestations perverses et alimentaires que le frottement de pouvoirs non clairement séparés fait subir… à la vérité.

À l’heure où un premier ministre prétend exercer le pouvoir que lui octroie le chef de l’État sur la représentation populaire, il n’est pas vain de se poser la question des atteintes à la liberté que cet auxiliaire zélé autorise depuis qu’il est désigné pour éviter de ne pas être élu roi des opportunistes, avec en exergue la question de savoir en quoi consiste exactement ses principes ondulatoires.

Mais de là à condamner un artiste et à le foutre en prison parce qu’il résiste à défaut de pouvoir se défendre, il y aurait comme qui dirait des accents franquistes[2] de sinistre mémoire.

Le procès construit à la va-vite autour de Claudius de Cap Blanc mérite révision, ceci dit sans vouloir attenter au dispositif pressé qui le condamna aussi lourdement que l’autorise la loi, laquelle manque d’esprit quelquefois.

Et bien sachez, condamnateurs olé-olé, que nous ne condamnons pas cet excellent artiste pour ce qu’il a fait et défait dans l’esprit qui vous anime à l’heure de paraître plus dignes de vérité que le commun des mortels, celui qui nourrit hélas vos estomacs criards.

Le bonhomme est donc en prison. Jean-Christophe Cambadélis n’y est pas. Cela nous agace, voyez-vous. Nous ne comprenons pas qu’un récidiviste de l’abus de confiance n’y soit pas à la place d’un artiste qui prit le droit de manifester proprement et dignement à l’endroit même que des intérêts bassement locaux souillent de leurs recours trop ajustés au costume de la loi.

Bon séjour dans cet hôtel fuxéen, monsieur Claudius de Cap Blanc. En regardant à travers le vasistas, vous avez l’œil sur les hublots grisonnants du Centre culturel de Foix. Parions que cela ne vous fâchera pas et que la prochaine fois qu’on vous conduit menottes aux poings dans ce palais où les magistrates sont nues, vous n’oublierez pas de leur demander d’aller se rhabiller.

Patrick Cintas.

 


1. L’affabuloscope – affabuloscope.fr [Spécial censure]

2. De Franc… bien sûr… restons français.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -