Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
3- Dans la haie
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 21 juin 2015.

oOo

C’était dans la haie en face comme un remuement avec des pieds palmés

C’était des papillons

Con pas des papillons gros comme des cerfs-volants la bouteille était pleine pas des papillons des palmes j’te répète encore elle était pleine

Les répétitions sont des péchés mortels j’te dis et la bouteille elle est maintenant vide

J’te répète encore que c’étaient des pieds la haie bougeait j’te dis comme dans la bouteille

Et quand tu as vidé la bouteille as-tu vu des palmes les mêmes que pleine ?

J’ai vu la haie bouger comme qui dirait on l’aurait crue bourrée à mort et puis les pieds géants avec des palmes ont gigoté et puis un cri et puis des bottes rouges avec de gros orteils qui griffaient l’os du ciel la bouteille à moitié

T’as vu quelqu’un entrer dans la haie ou sortir ?

La bouteille le rouge à moitié j’te répète des bottes à orteils c’est avant la bouteille entièrement vidée mes yeux mon con mes yeux tu crois que j’suis dans l’noir

Ni pas dans la bouteille on dirait quand tu bois tu confonds les paroles tu te fous dedans tu fourches dans le foin des mots et dans le foin

C’est de l’ortie des herbes du merdier qui pique la haie ça bougeait que j’te dis et répète mon con pas un foin mais un cri un cri botté de rouge comme un papillon trempé dans la tomate et ça faisait un foin pas possible mon con

Arrête de m’appeler con et cherche à te rappeler ce que t’as vu

Et aussi entendu t’entends pas quand j’te parle ça bougeait comme un utérus dans c’te merdier à mouches et à condoms et aussi des orteils de bottes rouge-sang tiens oui p’t’ête bien oui merde en branche après tout j’y pensais pas connard c’était mon con du sang

Donc derrière la haie un drame se passait et ce que tu voyais sans le voir c’était ça un coït pastoral dans la haie vive ?

Des palmes pas des bottes parce que ça s’agitait comme un chiffon et puis ça avait des orteils rouge-sang comme les baies

C’était un sacré merdier ton truc à pas s’avouer dans les orties les baies d’un rouge sang et le drapeau du vice au dessus des troènes ou des baies ou des ronces au dessus du whisky t’as vu c’que t’a pas vu

J’ai bu ce satané whisky jusqu’à trop soif après quand c’était tout calmé juré vidé alors ça marche pas

Donc t’as pas vu personne entrer sortir pourtant ?

Faudra y voir entrer dans c’te merdier pour voir se rassurer avec des bottes rouge-sang et un chiffon le pavillon du vice et pas des illusions des mots avec des palmes pas des papillons avec c’te bouteille vide à ce moment avec un goulot neuf et donc pucelle à c’te moment et ce filet doré couleur de whisky blond la bouteille pucelle à ce moment donc j’te dis que j’ai bu

Personne que nous deux t’as vu c’que j’ai pas vu t’as bu c’que j’ai pas bu

Moi seul pour raconter moi seul pour avoir vu qu’on voyait rien que ça bougeait dans c’te merdier

C’que t’appelles merdier c’est un coin très charmant de nature une haie gazouillante accueillante aux oiseaux pisseurs pisseuses oui surtout pisseuses oui surtout mais faut ramper pour la vie belle et bonne trouver la vie belle pour ça faut ramper et toi t’as pas rampé pour voir c’que t’aurais vu la vie belle

Ça bougeait j’te répète comme le whisky dans c’te sacrée bouteille ou c’était du vin rouge que j’venais d’terminer oui j’avais descendu la vigne du seigneur et ça coulait doré comme on rempli son verre d’la couleur du whisky alors j’ai voulu boire

Du whisky ou du vin du whisky et du vin la haie tu la voyais bouger tu la voyais et quand t’as vu la fille elle était vide ou pleine celle du vin rouge ?

J’ai pas vu la fille seulement ses bottes et ce chiffon les palmes la bouteille aussi ses palmes le soleil doré j’ai vu la haie personne un homme au cou bronzé j’ai vu c’que t’as pas vu

Donc t’as vu quelqu’un pas la fille mais l’homme ?

J’ai j’te dis vu personne ni fille ni quoi que dalle homme ou qu’est-ce

Moi j’ai vu pénétrer l’homme avec sa bouteille et son goulot dressé son goulot tu comprends ?

Son goulot comprends pas t’as vu entrer quelqu’un ?

Une dans chaque main et j’ai pas vu la fille ou plutôt je l’ai vu arriver bien après les vignes asséchées du seigneur pissait rouge les baies dans la haie pisseuse se cachait s’est cachée pour pisser pas vu l’homme au goulot

J’ai pas vu l’homme entrer j’te dis qu’a la moitié d’abord et ça bougeait puis l’autre bue alors t’es arrivé je crois dans c’t’ordre enfin je crois

J’ai vu bouger la haie après que l’homme et son goulot a pénétré dans c’te merdier qu’t’appelle où t’as pas vu t’as bu

M’embrouille c’est toi qu’as vu pas moi alors t’as vu les bottes ?

C’étaient des jambes avec du sang et pas des bottes

C’était un chiffon rouge aussi j’te dis j’ai vu rouge m’essuyais les yeux pour pas voir essuyer et des cheveux plutôt se levait se baissait de par-dessus la haie le pavillon du vice où t’as entendu ça ?

J’l’ai lu donc ça faisait des bonds des tentatives donc de se sauver de fuir se débattait griffait repoussait le goulot dans les ronces qui faisaient fête au beau milieu du merdier végétal et puant fort la mouche qui t’as pris de voir la haie bouger les baies du seigneur si derrière se passait mon cul se passait le pas vu j’ai vu l’homme et j’ai vu le goulot dressé de l’homme à la bouteille et tu dis ça bougeait ?

J’te dis c’que t’as pas vu et qu’tu dis qu’t’a biglé je m’essuyais les yeux tout pleins de papillons gros comme la moitié puis de plus en plus gros jusqu’à plus rien au fond que le goulot au fond et puis j’ai plus rien vu de ce que tu as vu le goulot qui fondait sans doute la chaleur les mouches qui sentaient l’origine mon cou qui bronzait et puis noir

Noir c’est ça tu dis bien et la haie maintenant très calme très champêtre toute plénitude toute bottée de rouges baies des églantiers des oiseaux et les urines douces dorées des pisseuses t’as bien vu c’que t’as pas vu mais que t’as fait que nous avons et toute honte bue dans la haie sombre à même le goulot dans la haie sombre et tout calmé le cou brûlant et c’te merdier la haie qui bougeait dans la campagne toute ivresse et le tableau

2

pénétré dans la haie pour voir la haie dedans fous-moi la paix connard pourquoi te traites-tu toi-même de connard ? j’ai fait bouger la haie avec tout ce qui est et coulait dans la haie lâche moi les baskets avec tes vu pas vu pas fait vu pas vu pénétré oui j’ai bu je vois double je suis des bottes couleur baies les vignes du seigneur et mon goulot en main en bouche l’origine son filet doré et les tessons du cri le chiffon rouge baie et montait descendait qu’est-c’que tu veux me veux fous-moi la paix pourquoi bon dieu te traites-tu toi-même de connard ? c’est dedans que bougeais dans les ronces les herbes molles qui coupaient sentaient l’urine c’est souvent qu’ici c’t’endroit discret endroit discret j’aime bien pénétrer dans ces mots là endroit discret endroit discret tu ballades tes doigts sur chaque point sensible tu touches aux endroits sensibles de la haie et l’odeur du whisky renversé des vignes du seigneur bien rouges couleur baie et l’étoffe des yeux injectés qui empêche de voir la haie dit je bougeais qu’tas pas pu voir dedans et pas dehors connard pourquoi pourquoi toujours te traites de connard le tableau c’est dedans qu’il faut y être s’y fourrer tout entier dans ce foutu merdier être dehors dedans s’y foutre le goulot de l’œil sur ce roncier y pénétrer fous-moi la paix pas vu j’te dis dedans toi moi ici et cet autre qui entre est entré hypocrite et qui fait.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -